© Richard Schroeder

© Richard Schroeder

« Qui aurait pu penser qu’un jour le monde du luxe côtoierait le monde de la précarité ? Idée improbable...

Pourtant l’association «Tissons la Solidarité» accomplit cette prouesse en réunissant des univers qui, à priori, ne sont pas faits pour se rencontrer.

Parce que le monde du travail est plus dur pour les femmes, «Tissons la Solidarité» crée un réseau d’entraide magique : des professionnels employés des grandes maisons de luxe, se transforment en formateurs pour les demandeuses d’emploi.

Un diplôme leur est attribué en fin d’apprentissage, leur donnant un accès direct aux entreprises. Et ça marche ! Le taux de retour à l’emploi est de 50% à la fin de la formation, il est pérenne et qualitatif !

Le travail n’est pas qu’un statut social, c’est une promesse de réparation. La confiance restaurée, les femmes retrouvent leurs moyens physiques, psychiques, et leur efficacité dans le travail. Une femme en situation de précarité n’est pas qu’une chômeuse, c’est aussi une force vitale qui ne demande qu’à se rendre utile.  

En faisant voler en éclat des barrières que l’on croyait infranchissables, ce sont les a priori qui disparaissent. Il ne s’agit pas simplement de solliciter les entreprises pour l’insertion, il est aussi question de faire grandir les entreprises par les esprits créatifs, les volontés, et les talents de ces femmes qui rassemblent leurs forces pour proposer d’autres solutions.  

«Tissons la Solidarité» rapproche les femmes entre elles pour que le monde du travail ne soit plus le reflet d’une culture qui fabrique des oubliés, des laissés pour comptes.
«Tissons la Solidarité» réunit celles qui veulent un monde plus juste. Elles s’unissent pour un projet, celui de rendre aux femmes leur pleine place dans la société, et leur dignité.

Parce qu’une vie n’est jamais linéaire, parce qu’une personne faible peut devenir forte (et inversement), je m’unis à toutes ces femmes, les vulnérables et les puissantes, les aidantes et les aidées, car nous sommes toutes une humanité, dépendantes les unes des autres.

Tissons les liens, tissons la solidarité !  » 

 

Mathilda May