Formations, vente, défilés de mode, cela fait douze ans que le réseau Tissons la solidarité anime avec succès un vaste réseau d'insertion par le travail dans le secteur de la confection textile.

C'est un pari un peu fou qu'a fait l'association Tissons la solidarité dès 2004 : celui de rassembler l'économie classique avec le monde du luxe et celui de l'économie sociale et solidaire. Or, douze ans plus tard, les résultats sont au rendez-vous ! Focus sur cette initiative.

Une filière vertueuse

Tissons la solidarité regroupe soixante-dix chantiers ou entreprises d'insertion par l'activité économique, tous spécialisés dans le recyclage de vêtements de seconde main. À partir de dons réalisés par les particuliers et des sociétés partenaires, le réseau développe alors toute une filière vertueuse, allant du tri aux retouches, en passant par la confection pour finir par la vente des tenues restaurées à des prix très abordables dans cent vingt-cinq boutiques en France.

Or, la grande majorité des 1 900 salariés de cette chaîne solidaire – dont 83 % sont des femmes – bénéficient de contrats d'insertion. Plus encore, l'association a mis en place depuis 2014 deux formations qualifiantes certifiées : l'une de retoucheuse et l'autre de vendeuse conseil en textile dispensée dans six boutiques-écoles. Cerise sur le gâteau : ce sont des pros de l'industrie du luxe qui jouent les professeurs ! Sans compter que les programmes ont été conçus par des entreprises de la mode afin de coller au maximum aux besoins du secteur et aux attentes des futurs employeurs.

 

Toujours plus loin

Étendant encore son champ d'intervention, Tissons la solidarité a également mis en place en 2016 une action de formation collective en permettant aux salariées en insertion d'obtenir un certificat de qualification professionnelle interbranches (CQPI) de vendeuse conseil. Une première en France puisque ce type de programme était jusque-là réservé aux employés embauchés via un contrat de travail classique. Et les résultats sont encourageants ! L'association annonce un taux de retour à l'emploi de 50 % à la fin de cette formation en CQPI. En prenant en compte l'ensemble de ses actions, Tissons la solidarité enregistre un taux de retour à l'emploi de 31 % en 2015, alors même qu'un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales de 2013 n'évalue qu'à 11,7 % ce taux dans le cadre de l'insertion par l'activité économique. De quoi redonner espoir à des milliers de bénéficiaires, dont beaucoup avaient d'ailleurs déjà de l'expérience dans la couture, de (re)trouver un poste pérenne dans le secteur de l'habillement.

Valoriser un savoir-faire

- une collection à part entière : Tissons la solidarité a créé sa propre ligne de vêtements, La Griffe, en 2010, parrainée par Christian Lacroix ! L'objectif : produire deux collections par an réalisées à partir des dons et des améliorations apportées par les salariées en insertion. Le temps d'un défilé, couturières et vendeuses jouent d'ailleurs les mannequins pour présenter leur travail.

- une signature publicitaire : cet automne, Tissons la solidarité a distribué plus de 10 000 tote bags estampillés « Parce que retrouver un travail n'est jamais cousu de fil blanc », dans toutes les associations du réseau et chez les marques partenaires comme le Comptoir des cotonniers. Un spot vidéo visant à sensibiliser le grand public à la cause de l'emploi des femmes sera par ailleurs bientôt diffusé.